To crowfunding or not ?

Voilà, une question quelle est bonne !

Ceci n'est pas une analyse profonde mais juste un support pour une question qui me tarabuste depuis longtemps.

Le financement participatif ou "crowfunding" est une méthode de finance très à la mode dans le jeu de société. Il suffit de voir le nombre de sujet sur le forum de Tric Trac, qui n'a eu d'autres choix que de créer une section spéciale pour ce type de post. On peut y trouver des sujets sur des projets en cours de financement, des projets terminées et ayant dépassés le budget attendu (par fois 5x plus, même plus!). On peut aussi y retrouver des sujets où les participants sont inquiets par l'évolution du projet. ... Parfois, cela rassure, parfois cela inquiète. Difficile de faire forcément son choix quand à participer à tel ou tel projet.

Je crois que ce qui attire le plus c'est la pléthore de possibilités de participation, avec un 1 bonus, 1 nom dans la règle, 1 tuile avec sa tronche dessus, une illustration signée, ... on ne compte plus les versions possibles et le nombre de bonus offerts. On aura aussi des jeux avec un matériel fabuleux. Des figurines au lieu des légendaires meeples, un matériel de fou, ... Un exemple, Francis Drake est un jeu, qui édité à l'allemande, n'aurait pas eu toutes ces figurines et peut-être même pas un plateau géant. Alors, tant mieux, car même si on a pas participé, on finit par trouver des boîtes sur le marché classique et le jeu est magnifique.

Il y a aussi les incidents de parcours tel Massilia ou Alien Frontiers - Version internationale. Des projets avortés ou retardés aux calandres grecques. Les participants sont frustrés, grugés, on oserait même dire volés si le concepteur du projet ne réagit plus, à disparu de la circulation.

J'ai participé une seule fois, l'an dernier, à un projet Kickstarter pour un éditeur grec auquel j'avais déjà acheté un jeu à Essen une année précédente. J'avais pris le package de base avec retrait à Essen 2013. Tout c'est bien passé mais je ne le ferai plus car j'ai mis plus d'une heure pour récupérer ma boîte car il y avait une seule personne pour distribuer les boîtes avec leurs multitudes de bonus. J'aurai pu acheter le jeu sans avoir participé et cela m'aurait pris moins longtemps. Pas forcément un moment agréable. Pour l'instant, je ne compte pas retenter l'opération.

On remarque aussi que des éditeurs bien ancrés sur le marché utilisent la méthode. Queen Games en Allemagne est un bon exemple. On pourra aussi remarquer le succès phénoménal de Fun Forge et son projet Tokaido qui ont levé un montant astronomique. Tant mieux pour les participants, ils vont être bien récompensés, les figurines proposées sont magnifiques, des bonus et encore des bonus ... Mais quand je vois que le budget de départ était de 40.000$ et que le budget atteint est de 668.721$ (pour 5434 participants), je me pose la question :

Quel est la part du coût de la matière première par rapport au bénéfice qu'en retire l'éditeur ? On sait tous que plus on produit, plus cela coûte moins cher.

Mais je me pose une autre question par rapport à tout cela, celle qui a motivé mon article :

Ce type de financement ne permet-il pas, parfois, de passer outre du filtre fait par les éditeurs, les professionnels du jeu ? C'est à dire que certains jeux n'auraient jamais vu le jour dans le processus classique d'édition.

Personnellement, je pense que oui.

Loin de moi l'envie de critiquer le Crowfunding, qui à mon avis est un bon système d'aide pour de nombreux projets JDS ou pas. Mais, dans le monde du jeu de société, j'ai l'impression que c'est devenu la Porte des Etoiles. Après, on me dira que le participant est adulte et fait ses propres choix. C'est vrai. Que L'on peut lire les règles avant d'acheter. C'est vrai mais on a tous déjà été déçu par un jeu malgré une règle attirante.

Et vous, que pensez-vous de tout cela ?

Article précédentAs d'Or - Les belges brillent sur la Croisette
Article suivantEt de 11 !