Edito de mars 2008 - De comment promouvoir le jeu ?

Ceci ne reflète pas l'avis de Ludigaume mais uniquement celui de son auteur.

Qu'est-ce qu'un bon jeu ? La réponse est assez simple : pour vous ou moi, un bon jeu est un jeu auquel vous avez envie de jouer et qui vous donne du plaisir à chaque partie. Il n'y a pas de bon jeu en soit, pas de bon jeu pour tous.

Tout jeu possède forcément une reconnaissance limitée à un groupe de joueurs partageant des goûts communs, une même subjectivité. Cette reconnaissance sera d'autant plus large que le jeu est à même de plaire au plus grand nombre.

Dans un univers où chaque homme serait omniscient sur le plan ludique, il lui suffirait de choisir le jeu qui lui plaît. C'est très loin d'être le cas mais est-ce vraiment un problème ?

Les amateurs de jeux modernes, communauté disparate dont je suis et qui semble s'intéresser à tous les jeux de société, surtout ceux suscitant de la réflexion, me semble avoir le savoir ludique le plus large. Néanmoins, il faut bien avouer que les jeux traditionnels, les grands classiques, les jeux pour enfants, les wargames, les jeux de rôles, les jeux commerciaux ou à licence, les jeux de question...etc ne sont que rarement le sujet d'information ou de discussion dans nos médias (comme Ludigaume par exemple).Néanmoins, cela n'est pas vraiment un problème : nous avons largement de quoi nous amuser et si nous connaissons l'existence d'autres jeux, ils ne nous attirent simplement pas assez.

Monsieur et Madame Toulemonde connaissent le plus souvent l'existence de quelques classiques (Echecs, Dames, Abalone...), des jeux de cartes traditionnels (Tarot, Belote, Poker...), des jeux de société devenus des institutions comme le Monopoly, des jeux de société proposés dans la grande distribution (le plus souvent portés par des licence ou inspirés d'émission), quelques jeux traditionnels comme l'Awalé, quelques jeux de lettres (Scrabble, Boggle...), des « partygames » pour s'amuser entre amis, consistant le plus souvent à se faire deviner quelques chose., des jeux de connaissance comme le Trivial Pursuit et les jeux de rôles grâce à Mireille Dumas. Ils aiment certains de ses jeux et ils ont largement de quoi s'amuser : il n'y a pas vraiment de problème.

Alors pourquoi ce leitmotiv récurrent consistant à affirmer qu'il faut faire découvrir nos jeux modernes au grand public ? Je comprends bien ce qui justifie cette démarche sur le plan commercial. Je comprends bien qu'il faille promouvoir l'activité ludique en tant que telle tant elle est dévalorisée pour les adultes. Mais pourquoi le faire avec nos jeux et pas avec ceux qui sont connus et appréciés par le plus grand nombre ?

Article précédent[Revue de presse] Plato N°18 - Janv/Fev 2008 par Xavo
Article suivant[Revue de presse] Jeux sur un plateau N°45 - Mars 2008